Le quatrième temps:

C’est un temps un peu spécial, car il ne se voit presque pas, il doit surtout se sentir. Le mouvement n’a pas de début ni de fin, c’est le geste qui renvoie à l’infini. Pour le sentir prenons un exemple dessin ci après: de la position de l’arbre, mettre l’intention sur la main gauche, la rotation de la taille la fait reculer, ceci entraine l’extension du bras droit vers l’avant. Ce geste doit se faire sur l’expiration. Avant de reculer la main droite, il faut y mettre l’intention pour s’étendre vers l’avant le bras gauche de la même manière . Mais cette extension doit se faire sur l’expiration. Ce qui demande de faire une inspiration juste avant. C’est le moment du quatrième temps. Qui est une ouverture encore plus grande au moment du changement d’intention. 


Pour les plus avancés voici des explications complémentaires:

Notre geste en TAI JI QUAN se décompose en trois temps, relâcher la hanche, transférer le poids du corps, pivoter la taille et cela en permanence.

Le relâchement de la hanche doit se faire sur l’expiration. Ceci pour permettre à l’énergie d’aller dans le sol en partant du DAN TIEN. 

Le changement du poids du corps se fait sur l’inspire, l’énergie revient au DAN TIEN, puis le pivot de la taille se fait sur l’expiration, l’énergie arrive jusqu’au bout des doigts. Mais il faut que l’énergie revienne au DAN TIEN pour pouvoir la refaire partir dans le sol, ceci demande une inspiration avant de relâcher, c’est le quatrième temps. 

La sensation est d’ouvrir à l’infini, de remplir le DAN TIEN d’énergie, c’est également le temps du FA LI (envoie de la force).